Skip to content

Késseucé ?!

LES RYTHMOPATHES :

Cette association créée à l’initiative du C.E.S.P.R.I.M, (Centre d’Etudes Solidaires des Pathologies Rigolotes Inefficacement Modérées) a pour vocation de rassembler les différentes expressions des P.R.H. (Pathologies Rythmiques Hilarantes) tant dans sa forme artistiquement élaborée (percussionnistes de tous horizons, percussions traditionnelles, batterie, bodyrythme, danse, gumboots, chants…) que dans ses symptômes les plus malicieux, qui concerneraient un nombre conséquent de la population mondiale !!! Cela va des pileuses de mil en Afrique, aux travailleurs à la chaîne partout dans le monde, en passant par les millions de gens qui, peut-être comme vous sont atteints d’une irrépressible envie de taper des mains, ou de remuer frénétiquement sur un rythme qui……………. sachant que les effets secondaires, peuvent entraîner un certain bonheur d’être heureux, accompagnés d’incontrôlables accès de joie, il convient de prendre les choses en mains et de faire quelque chose :

Rythmopathes du monde, unissons nous !!!

photo

 

extrait de la conférence internationale de sensibilisation, par le Professeur F. Mopathe : 

– tout au long de cette conférence, nous allons nous intéresser à différents aspects de cet hilarant fléau, en repositionnant dans un contexte prophylactique, les approches ethno-socio-anthropologiques des multiples symptômes dans leurs expressions les plus inopinées ; 
– nous évoquerons les aspects géographiques, depuis les différents foyers infectieux historiques, jusqu’aux manifestations endémiques et spontanées , qui échappent aux modèles de classification les plus rigoureux…  
– nous nous intéresserons évidemment aux diverses pistes de recherche en cours, concernant la prévention , le dépistage, les types de contaminations, ainsi qu’au phénomène, fort heureusement de plus en plus marginal de « délire d’immunité », poussant des individus, par ailleurs tout à fait « normaux », à divaguer en proclamant qu’ils sont arythmiques, et qu’il n’y à rien à faire… 
– bien sûr, je ne manquerais pas de vous exposer le fruit de mes propres recherches, sur les moyens à mettre en oeuvre pour non pas soigner, mais plutôt coordonner et optimiser cette hilarante affliction… la rythmopathie n’étant pas une fatalité, ni un tic vaguement inutile, et encore moins un prétexte pour agacer les plus hermétiques !!! 
… enfin, pour conclure ce bourratif exposé, vous aurez l’occasion de découvrir en exclusivité un documentaire édifiant, qui devrait vous plonger dans un océan de perplexité, la tête mollement balancée par une houle de stupéfaction où une brume d’incrédulité, laissera vos sens légèrement étourdis comme dans un embrun d’ahurissement délicatement interrogatif… 

(…) 

-si on se replace dans le contexte historique, on sait et c’est maintenant scientifiquement prouvé, qu’à l’origine fut le « big-bang »… 

comment s’imaginer dès lors, que l’on puisse échapper au déterminisme d’un commencement aussi clairement musical… ?! un bang en appelant un autre (j’use ici d’une pirouette temporelle dans votre intêret…) on retrouve bientôt les premiers hommes du paléolithique qui se tapent dessus à coup de masse, dans le désordre rythmique le plus intégral…

-je ne m’arrete que brièvement, sur les différentes théories (tic) qui divisent actuellement la communauté scientifique sur ce point précis de l’histoire : en effet, personne n’a pu formellement déterminer à ce jour, comment les premiers balbutiements sonores se sont structurés en outils de communication, puis en vecteur / canalisateur / instrument, capable de générer un certain bonheur d’être heureux… et surtout cette interrogation qui divise et déchire tant de spécialistes : est-ce les rythmopathies originelles qui influencèrent la musique, ou les premières production musicales, (peut-être involontaires), qui déclenchèrent les premiers symptômes rythmopathiques (tic) ???!!! (ça n’est pas le sujet de mon exposé, mais la question reste essentielle…

…néanmoins, la communauté scientifique s’accorde à penser que le berceau fondateur, la source originelle, plongerait ses racines dans le continent africain…